Toute l’actualitéSuspense et littérature : voici 3 chefs-d'œuvre incontournables du roman policier

Suspense et littérature : voici 3 chefs-d’œuvre incontournables du roman policier

Découvrez trois romans policiers emblématiques qui ont traversé le temps, marquant profondément le genre littéraire. De Poe à Staalesen en passant par Leroux, embarquez dans un voyage littéraire captivant à travers des énigmes, des mystères et des personnages inoubliables.

Une sélection intemporelle qui transcende les barrières du temps et de la langue, voilà ce que Carbone a envie de vous partager aujourd’hui. Notre sélection de romans policiers explore les écrits qui ont eu une influence durable, chacun à sa manière, sur le roman policier et ses lecteurs, constituant ainsi une collection littéraire qui se transforme constamment.

Les moments d’influence, les rôles déterminants, les auteurs qui ont laissé leur marque formeront les éléments d’un ensemble qui ne connaît pas de frontières. Le plaisir de lire de bons romans policiers, des récits merveilleux, des livres qui nous tiendront en haleine en nous rappelant les merveilleuses lectures qu’un bon détective peut nous offrir à tous, c’est par ici.

Pourquoi lire un roman policier ?

Un roman policier bien écrit peut être lu à plusieurs reprises, offrant quelque chose de nouveau à chaque lecture. Le lecteur peut se concentrer sur l’intrigue et chercher avec les personnages à résoudre le mystère, tout en réfléchissant à des questions et des situations sociales : la corruption des institutions, le fossé entre les classes sociales qui s’élargit en temps de crise, l’individu qui évolue dans un environnement qui l’exclut et qui lui est de plus en plus étranger et hostile.

Alors qu’habituellement la résolution du crime, la découverte du coupable et l’obligation de rendre compte du crime marquent l’intrigue, les choses se sont rapidement compliquées dans les forces de police. Dans certains cas, la justice n’était pas rendue, la morale n’était pas une empreinte solide de règles faciles, et les lois n’étaient pas toujours un système infaillible d’application de la sécurité.

Aujourd’hui, la police, plus sensible aux changements sociaux, culturels et individuels importants, ainsi qu’aux changements qui se produisent au cœur de la catégorie, c’est-à-dire les changements dans ce qu’est le crime, qui est le criminel, qui seront les héros d’un tel livre, et ce que signifie la catharsis dans un tel ouvrage, se tient maladroitement à la recherche des écrits de demain. S’il y a une justice, cela signifie-t-il une purification morale ? Je me demande ce que signifie aujourd’hui le concept de rétablissement de l’ordre ? Au niveau individuel et social ? Ces changements sont inscrits au cœur du roman policier, donnant un ton de perplexité tout au long de la chaîne, de l’écrivain à l’éditeur, en passant par le critique et même le lecteur.

Embarquons ensemble pour ce voyage littéraire !

Double Assassinat dans la rue Morgue d’Edgar Allan Poe

Deux femmes, la mère et la fille, sont retrouvées horriblement assassinées dans un immeuble de la rue Morgue à Paris. Leur chambre, située au quatrième étage, était fermée à clé. Comment le meurtrier a-t-il pu les atteindre ? Et pourquoi les a-t-il attaquées si violemment ? L’affaire suscite l’intérêt d’un détective amateur, Auguste Dupin, qui va tenter de résoudre l’énigme avec logique…

Double Assassinat dans la rue Morgue d'Edgar Allan Poe
Double Assassinat dans la rue Morgue d’Edgar Allan Poe

Le détective de génie et Edgar Allan Poe

Le fil conducteur des romans policiers est généralement la présence d’un inconnu qui joue un rôle de catalyseur dans la résolution du mystère. La découverte du coupable et sa punition rétablissent un sentiment d’équilibre et de soulagement.

Un enquêteur, un policier, un détective ou autre classe les gens en fonction de leurs motivations, de leurs habitudes et de leurs choix, formant ainsi un profil. L’étude du mystère nécessite l’utilisation de la rationalité et de la pensée analytique pour l’élucider et aboutir à une solution.

Les personnages de Poe dessinent la scène sociale dans un récit qui échappe à l’influence exclusive des modèles gothiques et saisit les changements socio-économiques tectoniques du capitalisme naissant. Il a beaucoup lu Dickens et s’est imprégné de la nature sociale du crime et de l’utilisation potentielle de la psychologie pour le résoudre. Dans la nouvelle “Double Assassinat dans la rue Morgue”, il souligne l’opposition entre la pensée rationnelle et les instincts brutaux qui dominent souvent les gens.

Dans les trois nouvelles de “Double Assassinat dans la rue Morgue”, les protagonistes sont le narrateur et son ami Dupin. Aucun d’entre eux ne possède le génie de Sherlock Holmes ou d’Hercule Poirot. Cette différence repose sur la conception que Poirot se fait du génie.

Il suffit de lire un passage au début de la première nouvelle :

“La faculté d’analyse ne doit pas être confondue avec la simple ingéniosité ; car, pendant que l’analyste est nécessairement ingénieux, il arrive souvent que l’homme ingénieux est absolument incapable d’analyse.”

Il existe cependant une autre dimension des nouvelles d’Edgar Allan Poe, que beaucoup de gens ne remarquent pas ou à laquelle ils s’opposent. Il s’agit de leur relation avec le roman noir. L’opinion dominante veut que le roman noir commence dans les années 40 du siècle dernier. Pourtant, des éléments du roman noir sont présents dans les trois nouvelles de Poe.

Le fantôme de l’opéra de Gaston Leroux

Le Fantôme de l’Opéra a existé dans la réalité. Il n’était pas, comme on l’a longtemps cru, le fruit de l’imagination des artistes, une superstition des directeurs, ou le fruit du cerveau imaginatif et impressionnable des jeunes danseurs, ouvreurs, traiteurs ou concierges. Il existait bel et bien, en chair et en os, bien qu’il eût adopté l’apparence normale d’un vrai fantôme, c’est-à-dire d’une ombre spectrale.

Le soir du 20 mai 1896, lors d’une représentation à l’opéra du Palais Garnier à Paris, une partie du lourd lustre tomba du plafond et tua un spectateur, en blessant beaucoup d’autres. Après l’accident, une histoire de fantôme locale a éclaté, qui a inspiré à Gaston Leroux l’écriture du Fantôme de l’Opéra.

Le Fantôme de l'Opéra de Gaston Leroux
Le Fantôme de l’Opéra de Gaston Leroux

Le masque, symbole d’identité cachée

Le masque du fantôme est une métaphore des apparences trompeuses. Il peut à première vue être associé uniquement au Fantôme, mais chaque personnage de ce roman cache son propre masque, car il se fait passer pour quelqu’un d’autre afin d’être accepté par la société dans laquelle il vit. Mais quel genre de personnalité est le Fantôme de l’Opéra ? C’est une personnalité secrète, passionnée et manipulatrice. Un génie de la musique, caché derrière les murs de l’Opéra de Paris, qui fait bouger les cordes. Bien qu’il soit une hantise silencieuse, il devient vraiment diabolique lorsqu’il veut quelque chose.

Le Fantôme de l’Opéra s’attaque au pouvoir de transformation de la compassion et à la manière dont elle peut être éveillée par l’art, incarnant la tragédie de la mortalité inévitable, la xénophobie et la menace existentielle de l’Autre.

Où les roses ne meurent jamais de Gunnar Staalesen

Un vol à main armée, un meurtre, une affaire non résolue de disparition d’enfant, et au milieu de tout cela, Varg Veum, le détective privé de Bergen. Un personnage qui est devenu une référence en matière de roman policier. Cela fait près de vingt-cinq ans que la petite Mette, âgée de trois ans, a disparu dans la cour de sa maison. Alors que la prescription approche, sa mère, Maya, demande à Veum de tenter une dernière fois de découvrir la vérité. Une vérité bien cachée dans des vies pleines de secrets.

Où les roses ne meurent jamais de Gunnar Staalesen
Où les roses ne meurent jamais de Gunnar Staalesen

Gunnar Staalesen s’est inspiré de son protagoniste, un travailleur social devenu détective privé, pour placer l’archétype du détective classique de la littérature américaine dans le Bergen contemporain. Veum regarde sa société dans les yeux et écoute surtout ceux qui n’ont pas de voix, les marginaux, les drogués et les alcooliques, les sans-abri.

Le trait principal de l’auteur est sa capacité à créer une trame narrative dense. Ses livres sont régis par sa désapprobation de l’argent et son acceptation de la corruption comme une donnée, et grâce à sa capacité à composer des images magnifiques, il nous entraîne dans des pages pleines d’action et de réflexion, dont la lecture est haletante.

Charlotte Lafond
Charlotte Lafond
Passionnée des univers culturels, Charlotte Lafond dirige la rédaction de Carbone Ink avec une plume affûtée et un œil critique. Spécialiste du monde audiovisuel, elle explore avec enthousiasme et perspicacité les méandres du cinéma et de la télévision.

En tant que média indépendant, Carbone Ink a besoin de votre soutien en nous ajoutant à vos favoris sur Google Actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Carbone Ink vous conseille

Panda : Julien Doré casse les codes dans la nouvelle pépite policière de TF1

Au sommaire : "Panda", une comédie policière inédite sur...

ChatGPT : bilan d’une année contrastée, entre fascination et désillusion

Au sommaire : Un an après son lancement, ChatGPT...

Complément d’enquête : Cyril Hanouna dans le viseur entre luxe secret et controverses médiatiques

Au sommaire : "Complément d'enquête" présente un portrait détaillé...

Virgin River : les premières minutes des épisodes de Noël sont dispo !

Netflix a diffusé les neuf premières minutes des prochains...

Berlin, le spin-off de La Casa de Papel s’apprête à braquer Paris

La franchise espagnole La Casa de Papel a dévoilé...

Enola Holmes 3 officiellement en préparation chez Netflix, que sait-on de la suite ?

Netflix a publié en 2020 sa première adaptation des...

Meurtres en Guadeloupe : un nouvel épisode inédit de Meurtres à… sur France 3

Au sommaire : "Meurtres en Guadeloupe" est le nouvel...