Ciné TVL'homme qui en savait trop : Pourquoi Hitchcock a-t-il fait un remake...

L’homme qui en savait trop : Pourquoi Hitchcock a-t-il fait un remake du film ?

La filmographie d'Alfred Hitchcock est pleine de grands classiques, comme Vertigo et Psycho, mais pourquoi a-t-il refait son propre film L'homme qui en savait trop ?

“L’homme qui en savait trop” a été l’une des productions britanniques les plus réussies d’Alfred Hitchcock. Pourquoi a-t-il choisi de refaire ce thriller de 1934, 22 ans plus tard ?

L’original a été l’un des premiers films parlants d’Hitchcock, s’attirant les éloges de la critique et réalisant d’excellentes performances au box-office. Si l’on considère qu’Hitchcock se trompait rarement lorsqu’il réalisait un film, le remake de “L’homme qui en savait trop”, réalisé en 1956, se distingue comme étant son seul remake.

Avec Leslie Banks et Peter Lorre, l’original de “L’homme qui en savait trop” était très en avance sur son temps pour les années 1930 et préfigurait le type de film policier teinté de politique qui allait définir la majeure partie de la carrière d’Hitchcock. C’est l’un des premiers films qui lui ont permis de repousser les limites de la narration au cinéma, en particulier sur le marché naissant de l’image sonore.

Outre l’une des scènes de suspense les plus marquantes d’Hitchcock, le remake de 1956 a apporté des changements significatifs à l’intrigue et à l’histoire et a donné une vision beaucoup plus soignée, plus conforme aux productions hollywoodiennes de l’époque. Dans cette deuxième mouture, on a James Stewart, Doris Day et Daniel Gélin à l’affiche.

affiche du film L'homme qui en savait trop de 1956
affiche du film L’homme qui en savait trop de 1956

Hitchcock était contractuellement obligé de réaliser un film pour Paramount

Entre 1954 et 1958, Alfred Hitchcock a réalisé cinq films aux studios Paramount, et chacun d’entre eux était soumis à une obligation contractuelle, ce qui signifie qu’il n’était pas autorisé à travailler ailleurs. La première collaboration a donné naissance à “Fenêtre sur cour” en 1954, considéré comme l’un des meilleurs films d’Hitchcock de tous les temps. Il enchaîne en 1955 avec “La main au collet” et “Mais qui a tué Harry ?”, ce qui fait de cette année une année faste pour Hitchcock en tant que réalisateur hollywoodien. Bien qu’Hitchcock n’ait jamais remporté d’Oscar pour son incroyable travail dans les années 1950, c’est l’époque qui l’a véritablement élevé au rang d’auteur derrière la caméra.

Toujours lié par contrat à la Paramount, Hitchcock décide de refaire “L’homme qui en savait trop” pour s’acquitter de sa dette envers le studio. De plus, comme le révèle le livre Hitchcock/Truffaut, le célèbre réalisateur avait émis l’idée de refaire le film depuis son arrivée aux États-Unis. Après une série de films de 1954 à 1956, l’écart entre “L’homme qui en savait trop” et son film suivant, “Vertigo”, en 1958, était le signe que la Paramount n’était plus en odeur de sainteté. Le film “Psycho”, sorti en 1960, a été entièrement financé par Hitchcock lui-même, et la Paramount n’y a participé qu’en tant que distributeur réticent de la vision plus sombre du réalisateur.

Hitchcock n’aimait pas le film original “L’homme qui en savait trop”

À l’instar des réalisateurs les plus lucratifs d’aujourd’hui, Alfred Hitchcock a été un faiseur de succès certifié pendant la majeure partie de sa longue carrière. Ainsi, la version de 1934 de “L’homme qui en savait trop” a connu un grand succès au Royaume-Uni et fait encore aujourd’hui l’objet d’éloges. Néanmoins, le maître du suspense n’était pas satisfait de son travail après coup, et c’est l’une des principales raisons pour lesquelles il a choisi de refaire “L’homme qui en savait trop” plutôt que l’un de ses autres premiers films. Dans le livre de Truffaut, Hitchcock explique que son travail sur l’original relevait de l’amateurisme et que le remake était une meilleure illustration de ses prouesses de metteur en scène.

“L’homme qui en savait trop”, le film d’Hitchcock de 1956 est diffusé ce vendredi 26 janvier 2024 à 21h08 sur France 5.

Charlotte Lafond
Charlotte Lafond
Passionnée des univers culturels, Charlotte Lafond dirige la rédaction de Carbone Ink avec une plume affûtée et un œil critique. Spécialiste du monde audiovisuel, elle explore avec enthousiasme et perspicacité les méandres du cinéma et de la télévision.

En tant que média indépendant, Carbone Ink a besoin de votre soutien en nous ajoutant à vos favoris sur Google Actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Carbone Ink vous conseille

La chronique des Bridgerton saison 3 : récap avant de regarder la suite sur Netflix

La troisième saison de "La Chronique des Bridgerton" se...

La Fulgurée sur France 3 : l’hypermnésie au coeur du téléfilm inédit

Ce soir, France 3 diffuse à 21h10 le téléfilm...