Ciné TVKillers of the Flower Moon : la poignante histoire vraie des meurtres...

Killers of the Flower Moon : la poignante histoire vraie des meurtres des Indiens Osage

"Killers of the Flower Moon", la nouvelle réalisation de Martin Scorsese, dévoile l'histoire glaçante des meurtres des Indiens Osage. Avec DiCaprio et De Niro en tête d'affiche, le film met en lumière l'une des conspirations les plus sombres de l'histoire américaine.

“Killers of the Flower Moon”, la dernière réalisation de Martin Scorsese, plonge le spectateur dans la terrifiante histoire vraie des meurtres d’Osage. Le film réunit des acteurs emblématiques tels que Leonardo DiCaprio et Robert De Niro, fidèles collaborateurs de Scorsese, et met également en lumière des talents comme Lily Gladstone, Brendan Fraser et John Lithgow.

Avec ses trois heures et demie, le film dépeint en détail le “règne de la terreur” qui a frappé le comté d’Osage en Oklahoma. Entre 1910 et 1930, de nombreux membres de la nation Osage ont été sauvagement tués, poussant le FBI à lancer sa première grande enquête sur un homicide.

Les meurtres des Indiens Osage figurent parmi les épisodes les plus sombres et les conspirations les plus secrètes de l’histoire américaine. Bien que ces événements soient encore méconnus du grand public, “Killers of the Flower Moon” s’engage à révéler l’ampleur de ces crimes motivés par la cupidité et le racisme. Grâce à la renommée de Scorsese et de son casting, le film vise à sensibiliser le public à cette tragédie et aux souffrances endurées par les victimes et leurs proches.

Killers Of The Flower Moon s’inspire d’un livre sur les meurtres d’Osage

“Killers of the Flower Moon” tire son inspiration du roman de 2017 écrit par le journaliste américain David Grann. Ce livre dépeint la vie des membres de la nation indienne Osage en Oklahoma durant les années 1920. À cette époque, grâce aux réserves de pétrole découvertes sous leurs terres, ils étaient parmi les individus les plus fortunés au monde, sur une base par habitant. Ces richesses leur permettaient de vivre dans de somptueux manoirs, de se déplacer en voitures de luxe avec chauffeur et d’envoyer leurs enfants étudier dans les écoles les plus prestigieuses d’Europe. Ces terres, autrefois considérées comme “sans valeur”, leur avaient été attribuées par Thomas Jefferson au 18ème siècle.

Cependant, face à cette soudaine richesse, un système de tutelle fut instauré, composé exclusivement de Blancs. Ce système contrôlait même les dépenses les plus anodines des Osages, nécessitant une approbation pour des achats aussi simples que du dentifrice. Avec les meurtres des Indiens Osage s’intensifiant et les enquêteurs locaux étant eux-mêmes victimes, le jeune J. Edgar Hoover, à la tête du FBI naissant, décida d’intervenir. C’est ainsi que débuta la première grande enquête du FBI sur un homicide, avec une équipe d’infiltration dirigée par le Texas Ranger Tom White, accompagné d’un des rares agents du FBI d’origine amérindienne.

Les vrais Tom White et Edgar Hoover
Les vrais Tom White et Edgar Hoover

Les coupables et les raisons des meurtres d’Osage

Les meurtres des Indiens Osage, souvent décrits comme le “règne de la terreur”, ont été largement rapportés entre 1921 et 1926. Bien que les journaux aient recensé des dizaines de victimes parmi les Osages, certains pensent que ces crimes ont débuté dès les années 1910. Mollie Burkhart, une femme Osage, a tragiquement perdu de nombreux membres de sa famille, dont sa sœur Anna Brown, tuée par balle, et sa mère Lizzie Q. Kyle, empoisonnée lentement. Le nombre de victimes a continué de croître, passant de vingt-quatre lorsque le FBI est intervenu à plus de soixante.

Le livre de Grann révèle que ces meurtres n’étaient pas l’œuvre de quelques individus isolés, mais résultaient d’une conspiration bien orchestrée impliquant des citoyens blancs, des responsables locaux et même des législateurs jusqu’à Washington, DC. La motivation principale derrière ces crimes était la cupidité. Des figures influentes comme William Hale, voyant la richesse soudaine des Osages, ont vu une opportunité de s’emparer de leurs terres riches en pétrole et des droits associés. Même certains des enquêteurs initiaux étaient au courant de la véritable nature des crimes, mais ont choisi de fermer les yeux, motivés par l’avarice et des préjugés raciaux.

Inculpations liées aux meurtres d’Osage

Bien que de nombreux meurtres des Indiens Osage soient restés impunis, quelques coupables ont été traduits en justice. Parmi eux, le baron du bétail William Hale, qui a orchestré le meurtre d’Anna Brown pour s’emparer de ses droits pétroliers. Hale, surnommé le “Roi des collines d’Osage”, a conspiré avec ses neveux, Bryan et Ernest Burkhart, pour s’approprier les droits fonciers de membres influents de la tribu. En 1924, le ministère de l’Intérieur a accusé plusieurs membres du programme de tutelle osage de corruption, ayant détourné des millions de dollars. Cependant, tous ont réussi à éviter de lourdes sanctions.

De nombreuses personnes, comme Hale et ses complices, étaient pleinement conscientes des meurtres des Indiens Osage mais ont choisi de ne rien faire. Certains, venant d’autres États, ont même épousé des femmes osages pour s’emparer de leurs biens, avant de les empoisonner. Ces crimes étaient souvent dissimulés, les rapports officiels évoquant des suicides plutôt que des meurtres.

L’impact des meurtres d’Osage sur la législation américaine

En réponse aux tragiques meurtres des Indiens Osage, le Congrès des États-Unis a pris des mesures en 1925 pour protéger les droits des Osages. Une loi a été adoptée interdisant à toute personne non-Osage d’hériter des droits fonciers des Osages ayant une ascendance amérindienne d’au moins la moitié. Parallèlement, le gouvernement a continué de gérer les redevances pétrolières des Osages. Des années plus tard, la nation Osage a dû lutter contre le ministère de l’Intérieur pour la mauvaise gestion de ces redevances. En 2011, le ministère a finalement accepté de verser 380 millions de dollars à la nation Osage et de réformer le système fiduciaire.

Malheureusement, la mémoire des meurtres des Indiens Osage s’est estompée au fil des décennies. Bien que certains films et romans aient évoqué ces événements, c’est le travail de David Grann qui a le plus contribué à sensibiliser le public à cette sombre période de l’histoire américaine.

Le personnage de Leonardo DiCaprio dans Killers Of The Flower Moon a-t-il vraiment existé ?

Dans “Killers of the Flower Moon”, Leonardo DiCaprio interprète Ernest Burkhart, un personnage basé sur une figure réelle. Ernest était le neveu de William Hale, un éleveur de bétail influent. Sous l’influence de Hale, Ernest a épousé Mollie Kyle, une membre de la tribu Osage, avant de participer à un complot visant à assassiner plusieurs membres de sa belle-famille pour s’emparer de leurs droits pétroliers et de leurs assurances. Lorsque le FBI a commencé son enquête, Mollie avait déjà été empoisonnée pendant un certain temps. Après des années de procédures judiciaires, Ernest a finalement plaidé coupable de conspiration.

Ce rôle représente un défi pour DiCaprio, habitué à des personnages plus flamboyants. Ernest Burkhart, avec ses actions répréhensibles et sa sentence relativement clémente, est un personnage complexe qui pourrait offrir à DiCaprio une nouvelle reconnaissance lors de la saison des récompenses.

Les personnages réels apparaissant dans Killers Of The Flower Moon

“Killers of the Flower Moon” met en scène de nombreux personnages basés sur des figures réelles. Parmi eux, William Hale, interprété par Robert De Niro, et Ernest Burkhart, joué par Leonardo DiCaprio. Mollie Burkhart, épouse d’Ernest, est incarnée par Lily Gladstone, tandis que d’autres membres de sa famille et proches, comme Lizzie Q et Anna Brown, sont respectivement interprétés par Tantoo Cardinal et Cara Jade Myers. Le Texas Ranger Tom White, qui a joué un rôle clé dans l’enquête, est campé par Jesse Plemons. D’autres figures notables du film incluent W.S. Hamilton, interprété par Brendan Fraser, et le procureur Leaward, joué par John Lithgow.

L’œuvre de David Grann met en lumière l’importance de l’agent du FBI Tom White et de son équipe d’infiltration. Sans leur détermination, des figures influentes comme William Hale auraient pu échapper à la justice. Cette affaire a renforcé la légitimité du FBI aux yeux du public américain, malgré les ombres qui planaient sur l’organisation à ses débuts.

Pour rappel, Killers of the Flower Moon est sorti dans les salles françaises ce 18 octobre 2023, avant sa diffusion en streaming dans le monde entier sur Apple TV+.

Killers of the Flower Moon — Bande-annonce officielle
Charlotte Lafond
Charlotte Lafond
Passionnée des univers culturels, Charlotte Lafond dirige la rédaction de Carbone Ink avec une plume affûtée et un œil critique. Spécialiste du monde audiovisuel, elle explore avec enthousiasme et perspicacité les méandres du cinéma et de la télévision.

En tant que média indépendant, Carbone Ink a besoin de votre soutien en nous ajoutant à vos favoris sur Google Actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Carbone Ink vous conseille

La chronique des Bridgerton saison 3 : récap avant de regarder la suite sur Netflix

La troisième saison de "La Chronique des Bridgerton" se...

La Fulgurée sur France 3 : l’hypermnésie au coeur du téléfilm inédit

Ce soir, France 3 diffuse à 21h10 le téléfilm...