MondeDécouverte historique : une catapulte de la Seconde Guerre mondiale mise au...

Découverte historique : une catapulte de la Seconde Guerre mondiale mise au jour en Angleterre

Une catapulte de la Seconde Guerre mondiale, conçue pour propulser des bombardiers, refait surface après des décennies d'oubli en Oxfordshire.

Dans l’Oxfordshire, une découverte archéologique majeure a été faite, jetant une lumière nouvelle sur les innovations techniques de la Seconde Guerre mondiale. Les vestiges d’une catapulte, conçue spécifiquement pour lancer des bombardiers dans les airs, ont été mis au jour. Cette invention, bien qu’ancienne, témoigne de l’ingéniosité et de l’adaptabilité des ingénieurs de l’époque, cherchant des solutions pour optimiser les opérations aériennes en temps de guerre.

Un trésor de guerre enfoui révélé

Les archéologues du Museum of London Archaeology (MOLA) fouillaient la zone avant la construction du nouveau Harwell Science and Innovation Campus lorsqu’ils ont découvert la structure de la catapulte Mark III du Royal Aircraft Establishment (RAE).

La catapulte, construite entre 1938 et 1940, a été conçue pour raccourcir la longueur des pistes d’atterrissage des avions bombardiers, ce qui leur permettait d’économiser du carburant. Pour mettre cela en perspective, imaginez la quantité de carburant nécessaire pour faire décoller un avion lourd sur une longue piste. En raccourcissant cette distance, la catapulte offrait une solution innovante pour économiser des ressources précieuses en temps de guerre. Les pistes utilisées avec la catapulte ne mesuraient que 269 pieds de long (82 mètres), alors que la longueur d’une piste normale pour un avion bombardier aurait été de plus de 6 000 pieds (1830 mètres).

La catapulte était constituée d’un plateau tournant sous lequel se trouvaient 12 moteurs aéronautiques Rolls-Royce Kestrel. Ces moteurs, parmi les plus avancés de leur époque, comprimaient l’air, propulsant ainsi l’avion sur la courte piste et dans le ciel. Cette technique, bien que complexe, était une prouesse d’ingénierie qui démontre la capacité d’adaptation et d’innovation des ingénieurs de l’époque.

“L’air sous haute pression était poussé dans le vérin pneumatique, qui s’étendait rapidement jusqu’à la longueur de la piste guidée, catapultant littéralement les gros bombardiers”, selon un communiqué de MOLA.

“Cette structure fascinante nous rappelle l’expérimentation et l’innovation rapides de l’entre-deux-guerres et de la Seconde Guerre mondiale”, a déclaré Susan Porter, responsable du projet MOLA, dans le communiqué. “L’enregistrement de l’emplacement et de l’apparence de chaque centimètre signifie que la catapulte est préservée pour les générations futures.

Les archéologues du MOLA ont créé un modèle numérique en 3D de la catapulte, montrant comment elle aurait fonctionné.

modèle 3D de la catapulte découverte en Angleterre
modèle 3D de la catapulte découverte en Angleterre ©MOLA

La catapulte Mark III, l’ingéniosité en action

La catapulte Mark III était un prototype et elle n’a jamais été utilisée pour lancer un avion en raison de problèmes de moteur et d’une conception qui ne correspondait pas à l’avion qu’elle était censée lancer. Bien que la catapulte Mark III n’ait pas lancé d’avion, sa conception a servi de modèle à d’autres systèmes de catapultes utilisés par les forces militaires britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale.

Alors que la catapulte Mark III était une innovation britannique destinée à optimiser le décollage des bombardiers, il est essentiel de comprendre le contexte plus large dans lequel ces innovations ont eu lieu. La Seconde Guerre mondiale a été marquée par une course à l’armement et à la technologie entre les Alliés et l’Axe.

Les enjeux aériens de la Seconde Guerre mondiale

L’armée allemande disposait d’avions de chasse dotés d’un rayon d’action remarquablement long, ce qui leur permettait d’opérer en dehors du rayon d’action des avions de chasse britanniques basés à terre. Les Fw 200 allemands ordonnaient l’attaque de sous-marins sur les navires qu’ils surveillaient ou, parfois, larguaient eux-mêmes des bombes sur des navires britanniques qui ne se doutaient de rien.

Pour contrer l’avantage que ces Fw 200 donnaient aux Allemands, la Royal Navy a mis au point des navires CAM équipés d’une catapulte pour lancer un seul avion de chasse, un Hawker Hurricane, un avion de chasse monoplace surnommé “Hurricat” ou “Catafighter”. L’avion est abandonné dans l’océan après le combat.

Entre 1941 et 1943, il y a eu huit lancements de combat à partir de navires du CAM, qui ont entraîné la destruction de huit avions allemands. Un autre a été endommagé et trois ont été chassés.

Les navires CAM sont abandonnés lorsque les escorteurs, qui peuvent transporter plus d’avions et sont équipés de catapultes hydrauliques, deviennent monnaie courante. Les escorteurs, connus sous le nom de CVE, ont été les premiers navires à normaliser les lancements de catapultes plutôt que de les utiliser comme mesure d’urgence.

La découverte de la catapulte Mark III en Oxfordshire n’est pas seulement une trouvaille archéologique, mais un témoignage vivant de l’ingéniosité humaine face aux défis de la Seconde Guerre mondiale. Cette innovation, bien que n’ayant jamais été pleinement opérationnelle, reflète la détermination des ingénieurs et des militaires de l’époque à repousser les limites de la technologie pour protéger leur nation.

Elle nous rappelle également l’importance de préserver ces vestiges, car ils offrent des perspectives uniques sur les moments cruciaux de notre histoire. Chaque découverte comme celle-ci enrichit notre compréhension du passé et renforce l’importance de la recherche et de la préservation archéologique pour les générations futures.

Éric Sicard
Éric Sicard
Éric Sicard, journaliste dévoué, tisse des récits captivants autour des actualités et des personnalités culturelles sur Carbone Ink. Son approche, mêlant narration immersive et journalisme rigoureux, guide les lecteurs à travers les récits et les événements qui définissent notre époque, créant un pont entre les histoires et les personnes qui les vivent.

En tant que média indépendant, Carbone Ink a besoin de votre soutien en nous ajoutant à vos favoris sur Google Actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Carbone Ink vous conseille

La chronique des Bridgerton saison 3 : récap avant de regarder la suite sur Netflix

La troisième saison de "La Chronique des Bridgerton" se...

La Fulgurée sur France 3 : l’hypermnésie au coeur du téléfilm inédit

Ce soir, France 3 diffuse à 21h10 le téléfilm...