Toute l’actualitéAssassin's Creed Mirage : au coeur de Bagdad, un hommage vibrant ou...

Assassin’s Creed Mirage : au coeur de Bagdad, un hommage vibrant ou une ombre du passé ?

Assassin's Creed Mirage nous transporte dans les ruelles vibrantes de Bagdad, offrant un hommage sincère aux origines de la série, tout en naviguant à travers les écueils familiers et les charmes renouvelés de la franchise. Découvrez un monde où le passé et le présent d'Ubisoft se rencontrent dans une danse délicate entre nostalgie et innovation.

Assassin’s Creed Mirage se présente comme un hommage vibrant à ses illustres prédécesseurs, tout en étant toujours en proie aux problématiques récurrentes de la série. Le jeu d’action discrète d’Ubisoft Bordeaux se distingue par son engagement singulier et sa fraîcheur dans un domaine d’action délimité ; néanmoins, les tendances fastidieuses habituelles de la série refont surface, transformant des éléments cruciaux de son récit en distractions fades au regard de ses véritables atouts.

Alors que Mirage est clairement construit sur le dos d’AC Valhalla de 2020, cette base a été transformée en une expérience qui rappelle fortement le premier Assassin’s Creed de 2007. Mirage est une entrée plus qu’intéressante dans la longue saga, mais il montre aussi que la vision originale de la série a encore un immense potentiel.

Mirage se déroule à Bagdad au IXe siècle, sous le règne du califat abbasside. Préquelle de 11 ans de Valhalla, Mirage raconte l’histoire de son géniteur, Basim Ibn Ishaq, un voleur des rues qui est recueilli par les Hidden Ones, une organisation précurseur de la Confrérie des Assassins. Il n’est pas nécessaire de jouer à Valhalla pour apprécier Mirage, cependant ; le récit de ce dernier tourne entièrement autour de l’intégration de Basim dans les Hidden Ones et de sa découverte de l’étendue du contrôle de la société de Bagdad par l’Ordre des Anciens (précurseur de l’Ordre des Templiers). Mirage brille lorsqu’il s’immerge dans la ville, sa culture et son histoire, mais son incapacité à recapturer la mystique originelle d’Assassin’s Creed rend sa trame narrative globale quelque peu déroutante.

Assassin's Creed Mirage: Launch Trailer

Retour aux origines d’Assassin’s Creed

Mon expérience personnelle avec Assassin’s Creed n’est probablement pas unique. Le jeu original était une sorte de révélation, tant au niveau du gameplay que de l’histoire. Escalader des murs, sauter des immeubles et échapper à des gardes en Terre sainte au XIIe siècle ressemblait à un prototype de quelque chose de plus grand, et l’histoire – celle d’Altaïr comme celle de Desmond – était d’un mystère alléchant. Quand Assassin’s Creed 2 est sorti, j’étais obsédé ; j’ai obtenu tous les succès, même celui de la chasse aux plumes. Je tiens toujours la trilogie d’Ezio en assez haute estime, mais le vernis a commencé à s’écailler lorsque l’histoire de Desmond a connu une conclusion déconcertante dans Assassin’s Creed 3.

Black Flag était incroyablement amusant, et j’ai même un faible pour Unity malgré son lancement désastreux. Lorsque Origins a cherché à réinventer la série principale, j’ai accueilli le changement avec enthousiasme, mais cet enthousiasme a été de courte durée. Odyssey et Valhalla étaient bien trop vastes et répétitifs à mon goût, et l’histoire opposant les Assassins aux Templiers, qui m’avait captivé par le passé, semblait bien lointaine. La nouvelle trilogie d’Assassin’s Creed est un jeu de rôle sans enjeu qui rend parfaitement service et qui est même impressionnant par son ampleur, mais j’ai commencé à me compter parmi les fans de plus en plus frustrés qui souhaitaient que la série revienne à ses racines. C’est ce qu’a tenté de faire Ubisoft Bordeaux avec AC Mirage depuis le début.

Apparemment destiné à être une extension de Valhalla, Mirage délaisse la vaste campagne anglaise qui a abrité l’invasion viking de son prédécesseur pour les rues denses de Bagdad, une poignée de villages périphériques et le désert environnant. L’ADN de Valhalla se fait sentir partout – les éléments non diégétiques comme les menus, la carte et le HUD sont même repris en gros – mais Mirage, qui se concentre presque entièrement sur une seule ville, a condensé le lot familier d’activités en monde ouvert en quelque chose de bien plus engageant à chaque instant. Ce même héritage, cependant, ne renforce pas singulièrement la narration de Mirage.

Le fait de retirer son personnage principal du Valhalla ne joue pas en faveur d’AC Mirage. Mirage s’efforce admirablement d’être une expérience autonome, agréable même pour ceux qui n’ont pas joué à Valhalla. Basim lui-même est un protagoniste décent, et le jeu semble bien équilibré lorsqu’il se concentre sur lui et sur la tâche qui l’attend à Bagdad. C’est cette connexion inéluctable avec un autre jeu Assassin’s Creed qui fait que ce qui pourrait être les plus grands moments de Mirage se sentent impuissants et obtus, même si presque tout ce qui se trouve entre les deux est une boucle de gameplay très agréable.

Une visite complète du Bagdad du 9ème siècle

Après son initiation au sein des Cachés dans leur forteresse d’Alamut (en construction pendant Mirage, en 861 de notre ère), Basim se retrouve plongé dans des enquêtes tentaculaires visant à éliminer les cinq membres éminents de l’Ordre qui ont abusé du pouvoir qu’ils ont accumulé à Bagdad. Ces enquêtes sont délicieusement similaires à celles menées pour discerner les identités des Templiers dans le jeu original, mais elles échangent des activités annexes facultatives de collecte d’informations contre des missions sur mesure. Basim suit des pistes, recueille des indices et élimine des membres de l’Ordre de rang inférieur dans Bagdad et ses environs. Ce retour à un gameplay narratif évite les éléments de RPG qui se sont infiltrés dans les titres AC plus récents, ramenant l’accent des jeux classiques sur la furtivité, et poussant même cet accent encore plus loin.

Les combats ouverts dans AC Mirage ne sont pas nécessairement difficiles, mais ils sont dangereux. Dans pratiquement toutes les missions, il est préférable de se frayer méthodiquement un chemin jusqu’à l’objectif tout en restant caché et en éliminant sournoisement les gardes. Le jeu n’atteint jamais la complexité des casse-têtes de Hitman, mais les nombreuses missions principales qui vous chargent d’un assassinat sont d’une richesse fascinante. Presque toutes les infiltrations ont des solutions multiples, qui peuvent nécessiter un certain nombre de tâches plus petites dans la poursuite de l’objectif final – trouver un moyen de passer un mur lourdement gardé, recruter des rebelles autrefois esclaves pour faire diversion, traquer une clé errante, et bien d’autres choses encore.

En dehors de ces missions, Mirage est tout aussi riche en objectifs. Des coffres remplis d’équipement, des indices sur l’emplacement de butins cachés, des histoires qui mettent en lumière les difficultés des habitants de Bagdad, un certain nombre d’objets à collectionner et bien d’autres choses encore servent à remplir l’espace entre les objectifs des missions principales. Il en résulte une boucle de gameplay plutôt organique, où le contenu optionnel peut être exploré sur le chemin de l’histoire suivante, ce qui se traduit par une plongée exceptionnellement approfondie dans les rues de la ville. Un système de progression de l’équipement relativement modeste, dans lequel les tenues, les épées et les dagues peuvent être acquises et améliorées, ainsi qu’un arbre de compétences modeste, sont de bons répits par rapport aux petits pas inconséquents fournis par les systèmes similaires dans Valhalla.

La jauge de notoriété d’Assassin’s Creed Mirage est d’une importance capitale : elle quantifie les crimes commis publiquement par Basim afin d’obtenir une réponse mesurée de la part des gardes de Bagdad. Avec autant de tâches vous incitant à parcourir la ville, un jeu du chat et de la souris sans fin sous-tend l’ensemble de l’expérience. Se faire surprendre en train de voler à la tire, d’assassiner un garde sous les yeux du public ou de ses camarades, ou de pénétrer dans des zones interdites augmente le danger, qui peut ensuite être atténué en arrachant les avis de recherche ou en soudoyant les crieurs. Associé à des combats qu’il vaut mieux éviter, le système de notoriété favorise dans Mirage l’une des joies inaltérées des Assassin’s Creed classiques : assassiner, d’en haut et sans avertissement, une cible longtemps recherchée, puis fuir les gardes qui se bousculent, briser la ligne de mire grâce à d’habiles pirouettes avant de trouver une cachette pour se faufiler à nouveau dans la foule.

La légende de Basim Ibn Ishaq

Bagdad et les histoires et événements qui s’y déroulent constituent la majeure partie d’Assassin’s Creed Mirage, mais plus le jeu s’éloigne parfois de son cadre principal, plus il devient décousu. Ceux qui ont joué à Valhalla connaissent des informations clés sur Basim, mais Mirage tente de construire un mystère dans le but de s’imposer comme une expérience indépendante. Un objet manifestement puissant et important est introduit très tôt, devenant intrinsèque au personnage de Basim, mais il est pratiquement oublié pendant toute la durée du jeu. De même, Basim est hanté par d’étranges visions qui ne reçoivent aucun développement lors de leurs apparitions régulières tout au long du jeu – elles sont simplement récurrentes jusqu’à ce que tout soit révélé dans les derniers instants de l’histoire.

Ces problèmes semblent provenir du fait qu’AC Mirage tente désespérément de retrouver la mystique des précédents jeux, à l’époque où les Isu étaient encore des entités inconnues. Pour cette raison, l’intrigue principale de Mirage est frustrante, inintéressante et non traitée, comparée aux histoires secondaires et tertiaires, bien plus convaincantes et importantes (qui sont toutes exemptes de l’intrigue moderne de la série, très décriée). La relation entre Basim et son mentor, Roshan, la guerre secrète des Hidden Ones contre l’Ordre à Bagdad, et la porte tournante des informateurs et des cibles d’assassinat permettent à l’histoire d’être variée et d’avancer à un bon rythme, mais dès que Mirage prend du recul pour intégrer le récit plus large d’Assassin’s Creed, le vent se retire des voiles.

En raison de cette tentative de se démarquer et de compléter l’histoire de Basim, un personnage important pour la suite de l’histoire d’Assassin’s Creed, Mirage finit par atterrir dans un étrange entre-deux. Il fait un travail admirable en se recentrant sur le conflit central de la série entre les Cachés et l’Ordre des Anciens, mais les clins d’œil occasionnels à l’Isu finissent par donner l’impression d’obligations imposées qui mènent finalement à une conclusion insatisfaisante. Le bon côté de la chose, c’est que cette histoire décalée a tendance à s’estomper lorsque l’on passe l’écrasante majorité du jeu dans les rues vibrantes de Bagdad.

Le potentiel perdu d’Assassin’s Creed

Malgré quelques moments narratifs décevants, Mirage est un retour rafraîchissant à ce qu’était Assassin’s Creed, et par conséquent un aperçu de ce qui a été perdu par la série qui s’est égarée dans de vastes aventures en monde ouvert. D’une certaine manière, il s’agit d’un tour de victoire : revoir le personnage principal se couper l’annulaire dans le cadre de son initiation, chercher l’entrée d’un bureau de Hidden Ones sur le toit, et attirer des gardes dans un certain nombre de cachettes pour les assassiner incognito, tout cela nous est familier et réjouissant. D’un autre côté, bien qu’il ait hérité de certaines choses directement de Valhalla, Mirage donne l’impression de reprendre à peu près là où Syndicate s’est arrêté en 2015 – un redémarrage agréable et louable, mais pas nécessairement nouveau et excitant.

Cela s’explique peut-être en partie par le fait que Mirage sort en multigénérationnel sur PS4 et Xbox One, en plus de la PS5 et de la Xbox Series X/S. Clairement construit avec les mêmes outils que Valhalla, Mirage est effectivement un jeu de 2020 avec trois années supplémentaires dans le four. Il en résulte une expérience plutôt fluide – le taux de rafraîchissement était constamment élevé sur le mode de ciblage des performances de la PS5, aucun bug majeur n’a été rencontré pendant toute la durée du jeu, et les temps de chargement étaient assez rapides – mais il laisse le sentiment que Mirage pourrait être quelque chose de plus, ce qui me laisse personnellement espérer qu’Ubisoft produira des jeux AC plus classiques.

Le retour de la furtivité sociale, par exemple, est plus que bienvenu, mais en tant que successeur indirect, Mirage ne va pas jusqu’au bout des avancées qui ont été faites pour de telles mécaniques de jeu, comme les foules claustrophobes du Paris d’Unity. Pour l’instant, il semble que l’avenir immédiat d’Assassin’s Creed reste du côté du RPG d’action expansif, avec le titre de travail Codename Red qui devrait emmener les joueurs dans le Japon féodal. Assassin’s Creed Mirage est cependant la preuve qu’une réduction d’échelle peut donner naissance à un jeu qui évoque les plus beaux souvenirs de la série, même si une telle dévotion à son héritage signifie que certains éléments maladroits se sont glissés dans le mélange.

Assassin’s Creed Mirage est sorti le 5 octobre 2023 sur Xbox One, Xbox Series X/S, PlayStation 4, PlayStation 5, PC et Luna.

Guillaume Gaultier
Guillaume Gaultier
Guillaume Gaultier, éditorialiste perspicace, explore les intersections entre culture, société et médias chez Carbone Ink. Avec un œil critique et une analyse pointue, il décortique les phénomènes culturels, offrant des perspectives profondes et réfléchies qui invitent à la discussion et à la réflexion sur notre paysage médiatique en constante évolution.

En tant que média indépendant, Carbone Ink a besoin de votre soutien en nous ajoutant à vos favoris sur Google Actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Carbone Ink vous conseille

Outer Banks saison 4 : double bonne nouvelle pour les fans de la série Netflix

La quatrième saison d'Outer Banks approche à grands pas....

Sous la Seine : explication de la fin, Lilith est-elle morte ou vivante ?

Réalisé par Xavier Gens, le film français de Netflix...

La nouvelle TAG Heuer Aquaracer sera votre premier Saint-Graal

Si vous deviez choisir votre TAG préférée, la TAG...